Îles d’Ouessant et de Molène : évadez-vous à l’écart de tout !

Connaissez-vous le secret des Brestois pour fuir le rythme effréné du continent ? Au risque de nous faire taper sur les doigts, nous vous le dévoilons : direction les îles toutes proches ! Car si Brest et sa rade sont situés à l’extrême ouest de l’Europe, il existe en mer d’Iroise deux petites escales avant la longue ligne droite vers New-York... Leurs noms : Ouessant et Molène. Deux havres de verdure entourés de bleu azur, où les moutons, vélos et bateaux volent volontiers la vedette à l’homme.

Le charme d’une virée sur les îles opère avant même d’y poser le pied. Il vous suffira de quitter la terre ferme et d’embarquer sur un bateau pour vous sentir déjà loin de tout. Pour rejoindre la mer d’Iroise, vous traverserez la fameuse rade de Brest et ses 180 km2. L’occasion d’admirer, à tribord, les côtes brestoises et à bâbord, les charmantes criques de Plougastel-Daoulas tandis que devant vous se profilera la presqu’île de Roscanvel. Gare au torticolis !

Les eaux transparentes de l’archipel de Molène


Au bout d’une heure trente de traversée, voici les eaux transparentes de l’archipel de Molène, situé au cœur du parc naturel marin d’Iroise, où de nombreux phoques et dauphins ont élu domicile. L’île de Molène a beau être petite (moins de 1 km2 de surface pour 200 habitants), difficile de ne pas y trouver le dépaysement que l’on recherche à travers une balade au bord de mer, une baignade sur l’une des nombreuses plages bordant ce petit bout de terre, une dégustation de la fameuse saucisse de Molène dans l’un des deux restaurants traditionnels de l’île... Sans oublier la visite du sémaphore où vous découvrirez l’histoire maritime de Molène, faite de naufrages et de missions de sauvetage.

Le charme sauvage de l’île d’Ouessant


Neuf kilomètres plus loin, place à l’île d’Ouessant, qui s’étend sur 15 km2 et compte près de 900 habitants. Il pleuvait lorsque vous avez quitté le continent ? Vous sécherez vite à Ouessant ! L’île bénéficie en effet d’un microclimat lui permettant souvent de passer entre les gouttes. Quatrième plus grande île métropolitaine (non reliée au continent par un pont), logée entre la Manche, la mer d’Iroise et l’océan Atlantique, elle joue grâce à ses cinq phares (deux sur terre et trois en mer) un rôle important dans la sécurisation du trafic maritime. Car s’il est aujourd’hui emprunté quotidiennement par 150 navires, le rail d’Ouessant a autrefois été le théâtre de nombreux naufrages et batailles navales. Une époque heureusement révolue, à une exception près... Si les corsaires se font maintenant rares sur l’île, les moutons d’Ouessant ont quant à eux résisté au temps et broutent toujours l’herbe de leur terre d’origine !

Le saviez-vous ?


A Ouessant, les « habitants » les plus célèbres sont certainement les moutons, reconnaissables par leur petite taille (entre 40 et 50 centimètres au garrot). Généralement de couleur noire, ils peuventaussi arborer une robe noisette ou blanche. Autrefois utilisés pour leur laine et leur viande, ils font surtout aujourd’hui office de « tondeuses écologiques » entretenant les parcs et jardins des Ouessantins. Des qualités qui ont dépassé les frontières, puisque l’on peut aujourd’hui trouver des moutons d’Ouessant aux quatre coins de l’Europe !