Ermitage Saint-Hervé

L’ermitage de Saint-Hervé abrite les ruines d'une chapelle, une fontaine miraculeuse et une cellule en pierre qui aurait été hébergé le saint.

La légende de Saint-Hervé

« A part Saint Yves de Tréguier, il n’est pas de saint aussi populaire que Saint-Hervé en Bretagne. Il était né dans une famille de bardes. Guidé par un loup apprivoisé, selon la légende, il mena une vie de pèlerin. Arrivé à un certain âge, il chercha un lieu pour s’installer définitivement. Ce lieu existe toujours dans l’actuelle commune de Lanrivoaré, près du hameau de Kost Houarné qui porte son nom. Hervé et ses compagnons firent route en direction du soleil couchant jusqu’à la traversée d’une rivière appelée Al Lez, après laquelle ils entrèrent dans un champ de blé. C’est alors qu’une voix descendit du ciel et dit : « Arrête-toi ! ». Tous l’entendirent. On se mit alors à la recherche du propriétaire du champ pour obtenir l’autorisation de s’installer. Le paysan leur répondit : « Cela me ferait mal au cœur de laisser perdre une récolte aussi prometteuse ». Saint-Hervé lui dit : « Je t’en prie ne refuse pas. Et quand viendra le temps de la moisson, je te donnerai bien plus de blé que ce que tu t’imagines devoir perdre ». Quand vint le temps de la moisson, deux lunaisons plus tard, le blé coupé encore vert, et qu’on avait mis en tas, était aussi mûr que celui que l’on venait de faucher. Non seulement cela, mais les gerbes de blé, coupées bien trop tôt, croyait-on, portaient trois fois plus de grains que le reste de cette moisson. Quand il vit ce miracle, le propriétaire fit don de sa ferme en entier à Hervé. Et il promit de contribuer à l’édification d’une église. »

D’après la légende collectée et présentée par Mikael Madeg, « Légendes du canton de Ploudalmézeau », Editions Embann Kêredol, 2009